H Magnum “Vêtement”

Le rappeur parisien H Magnum (Guy-Hervé Imboua) est né à Abidjan, Côte d’Ivoire. Il a passé son enfance, entre 8 et 12 ans, entre la Côte d’Ivoire et la France. Installé définitivement à Paris, il commence à chanter du hip-hop à l’âge de 15 ans. Il est connu pour sa voix singulière et aussi pour ses collaborations avec le groupe Sexion d’Assaut.  

Zaho – « Kif’n’dir”

Je contemple les avions par la fenêtre
Barreaudée, moi qui veux m’évader
Je n’ai jamais eu envie de me soumettre
à ces êtres aux idées érodées
Je veux pouvoir voir d’autres jours naître
La ligne de ma main me le dira peut-être
Je dois suivre le phare car mon âme est maître
Mais j’ai peur de toucher le fond juste à quelques mètres

Et je n’ai pas envie de partir
Même s’il n’y a rien pour me retenir
Je n’ai pas envie de souffrir
J’ai pris un aller simple charter
Pour ne plus revenir

Kif’n’dir, kif’n’dir, kif’n’dir, kif’n’dir
Shkite l’bereh fe lil ana
Kif’n’dir, kif’n’dir

Je porte ce masque pour ressembler aux autres
Un garçon manqué, une fille pas comme les autres
Je m’attends au pire et je supporte
J’en ai marre de faire semblant que je suis forte
Donc je fais la morte, pour ne pas mourir
Faut que je m’en sorte pour fermer ce chapitre
Algérie même s’il y a de la poussière sur ce thème
Sache que malgré tout je t’aime

Et je n’ai pas envie de partir
Même s’il n’y a rien pour me retenir
Je n’ai pas envie de souffrir
J’ai pris un aller simple charter
J’promets de revenir

Kif’n’dir, kif’n’dir, kif’n’dir, kif’n’dir
Shkite l bereh f lile ana
Kif’n’dir, kif’n’dir
Kif’n’dir, kif’n’dir
Kif’n’dir, kif’n’dir (continue…)

Kif’n’dir, kif’n’dir (Pleure pas Algérie)
Kif’n’dir, kif’n’dir (Moi non plus je ne pleure pas)
Shkite l bereh f lile ana (Pleure pas Algérie)
Kif’n’dir, kif’n’dir (Moi non plus je ne pleure pas)

Kif’n’dir, kif’n’dir (Pleure pas Algérie)
Kif’n’dir, kif’n’dir (Moi non plus je ne pleure pas)
Shkite l bereh f lile ana (Pleure pas Algérie)
Kif’n’dir, kif’n’dir (Moi non plus je ne pleure pas)

Zaho – “Laissez-les Kouma” feat. MHD

Better known as Zaho, Zahera Darabid is an Algerian-Canadian singer. Born in Algiers, she moved to Canada with her family when she was 18 years old.

Mohamed Sylla, better known as MHD, is a French rapper from Paris, whose parents hail from Senegal and the Republic of Guinea. Mixing trap with West African music, he coined the term Afro-Trap.

Il ou elle a dit les nouvelles ne sont pas bonnes
Je ne le dirai qu’à toi, ne le dis à personne
Il ou elle a fait je crois qu’il y’a eu maldonne
Ça m’étonnerait vraiment que quelqu’un lui pardonne
J’entends des bruits de couloir au loin qui résonnent
Que ce soit vrai ou faux tout le monde en fait des tonnes
Ici l’ami de tout le monde est l’ami de personne
Laissez-moi dans mon coin ici l’ambiance est bonne

Non tu n’as pas idée
C’est chaud
Pourquoi verbaliser
C’est chaud
L’ambiance est validée
C’est chaud
Le terrain balisé
C’est chaud
Laisse les parler
Demain on aura zappé

Laissez-les kouma
(Laissez-les parler)
Laissez-les kouma
Hé hé…

Laissez-les kouma

Qu’est-ce que tu me parles de ma vie, tu sais nada
T’es de ces personnes qui mythonent grave
C’est vrai t’es gentil mais t’es pas fiable
Encore plus faux que le mec qui n’a pas de défauts
Un tel et un tel sont ensemble mais c’est vrai
C’est le mytho du coin qui raconte ça
Il a gagné au loto et zappé la mif
Quand les bonnasses approchent
Les jaloux bavent
Tu l’as quitté d’après ce que tu racontes
Elle t’a quitté d’après ce qu’elle raconte
Chacun sa raison
Tout le monde parle
Mais chacun sa version
Laisse-les croire
Laisse-les jacqueter
T’es pas l’hypocrisie
On gravit les paliers
Éloigne moi des soucis j’suis fatigué
J’ai pas leur temps
Je veux m’enjailler

Non tu n’as pas idée
C’est chaud
Pourquoi verbaliser
C’est chaud
L’ambiance est validée
C’est chaud
Le terrain balisé
C’est chaud
Laisse les parler
Demain on aura zappé

Laissez-les kouma
(Laissez-les parler)
Laissez-les kouma
Hé hé…

J’ai les oreilles qui sifflent
Carton rouge
J’ai les oreilles qui sifflent
Carton rouge
J’ai les oreilles qui sifflent
Carton rouge
J’ai les oreilles qui sifflent (Tout le monde bouge!)

Non tu n’as pas idée
C’est chaud
Pourquoi verbaliser
C’est chaud
L’ambiance est validée
C’est chaud
Le terrain balisé
C’est chaud
Laisse les parler
Demain on aura zappé

Laissez-les kouma
(Laissez-les parler)
Laissez-les kouma
Hé hé…

Aya Nakamura – “Copines”

Il m’a dit “t’es où ? J’te rejoins au tel-hô”
Moi je m’en bats les reins, j’ai besoin d’un vrai djo
Il a vu mes copines, j’crois qu’il a flashé
J’suis pas ton plan B, t’as maté le fessier
J’réponds à tes appels, “tu crois que j’vais la fesser ?”
Moi j’m’en bats les reins, j’ai besoin d’un vrai djo
Trop tard, trop tard
J’suis trop loin pour toi
Trop tard, trop tard
J’suis trop loin pour toi

Mais qui est la plus bonne-bonne-bonne de mes copines ?
Ah mes copines, ah mes copines
Mais tu veux la plus bonne-bonne-bonne de mes copines
Ah mes copines, ah mes copines
Tu veux tout bombarder, bom-bom, bombarder, hey
Tu veux tout bombarder, bom-bom, bombarder ouais

Toi tu planes-planes-planes que la nuit (que la nuit)
Tu crois qu’j’ai ton time, à ton avis ? (À ton avis)
M’appelle pas “mi amor” (mi amor)
J’t’ai barré, mais t’en veux encore (t’en veux encore)
Toi tu crois viser dans le mille
Faudra t’trouver un alibi
Trop tard, trop tard
J’suis trop loin pour toi
Trop tard, trop tard
J’suis trop loin pour toi

Mais qui est la plus bonne-bonne-bonne de mes copines ?
Ah mes copines, ah mes copines
Mais tu veux la plus bonne-bonne-bonne de mes copines
Ah mes copines, ah mes copines
Tu veux tout bombarder, bom-bom, bombarder, hey
Tu veux tout bombarder, bom-bom, bombarder ouais

Mon gars t’as coulé
Aya t’a cramé
Mais tu veux la plus bonne, ouais (la plus bonne)
Tu veux la plus fraîche, ouais (la plus fraîche)
Mon gars t’as coulé
Aya t’a cramé
Mais tu veux la plus bonne, ouais
Tu veux la plus fraîche, ouais

Mais qui est la plus bonne-bonne-bonne de mes copines ?
Ah mes copines, ah mes copines…etc.

Shy’m « Femme de couleur »

J’ai choisi cette chanson (écrite par Cyril Kamar et Louis Cote) parce que nous discutons souvent le vocabulaire et les phrases que l’on favorise pour parler (ou non) des différences ethniques et raciales. On n’a pas encore discuté celle-ci : « de couleur ». Voici « Femme de couleur », interprété par Shy’m (Tamara Marthe), chanteuse française avec des racines martiniquaises. [Qu’est-ce que vous en pensez : un acte d’hommage ou de l’exotisme ?]

Vous parler de ma vie
Vous dire à vous d’où je viens, qui je suis
Je suis une femme de couleur

Je viens de là où le soleil brille
Où les gens se parlent sans s’connaître
Les vagues ramènent l’écho de la vie
Et les oiseaux chantent à la fenêtre
Le parfum de la liberté
L’enfant au visage métissé
Qui regarde son père, pour voir comment faire
Des bons conseils qui feront de lui le grand frère

Le sable chaud qui réchauffe les cœurs
De simples mots pour parler de bonheur
Ces mémoires qui redonnent le sourire
L’envie de vous chanter mes souvenirs

Vous parler de ma vie
Vous dire d’où je viens, qui je suis
Je suis une femme de couleur
J’ai mon île au fond du cœur
Faut en parler, en parler
Vous parler de ma vie
Vous dire d’où je viens, qui je suis
Je suis une femme de couleur
J’ai mon île au fond du cœur
Faut en parler, en parler

Je viens de là où le soleil brille
Où les gens se parlent avec le cœur
Le vent des îles a fait de ma vie
Un océan de couleurs
Cultiver la différence
S’éloigner de l’intolérance
Affronter mes peurs en pensant
Au calme, à la douceur, en chantant

Le sable chaud qui réchauffe les cœurs
De simples mots pour parler de bonheur
Ces mémoires qui redonnent le sourire
L’envie de vous chanter mes souvenirs

Vous parler de ma vie… etc.

Garde au fond de ta mémoire
Qui tu es, d’où tu viens
J’ai gardé au fond de mon cœur
Ces images qui font du bien

Vous parler de ma vie… etc.

Idir: “A vava inouva”

Here is one of the most famous songs by Algerian singer Idir (Hamid Cheriet 1949-2020), who passed away last May. As he was an advocate of the Kabyle and Berber cultures, “A vava inouva” is a lullaby that honors the rich oral tradition of Berber culture. Here is a version with Kabyle and French subtitles.

For more on Ibir’s professional trajectory, see